Zdjęcie Anody magnezowe

Les anodes sacrificielles au magnésium sont couramment utilisées pour la protection cathodique des ouvrages enterrés (réservoirs, pipelines) et pour la protection des surfaces internes des réservoirs contenant de l’eau (chauffe-eau, réservoirs d’eau chaude et froide, condensateurs, échangeurs de chaleur, etc.). En raison de leur potentiel fortement électronégatif, les anodes de magnésium ne sont pas utilisées dans l’eau de mer. En effet, dans un milieu avec une résistivité aussi faible, il y aurait un risque de surpolarisation de la structure à protéger, ce qui entraînerait une fragilisation par l’hydrogène et le décollement du revêtement protecteur. En outre, en raison de la forte auto-corrosion du magnésium, les anodes sacrificielles ont un rendement d’à peine 50 % environ. C’est une raison supplémentaire qui limite leur utilisation dans l’eau salée, car le taux de dissolution des anodes dans ce milieu serait très élevé.

Les anodes en alliages de magnésium contiennent des additifs qui améliorent leur capacité et leur potentiel électrochimique. Le type le plus répandu est le MgAl6Zn3Mn, dont les principaux additifs sont l’aluminium (environ 6%), le zinc (environ 3%) et le manganèse (jusqu’à 1%).

La capacité des anodes en magnésium est d’environ 1100-1200 Ah/kg, ce qui équivaut à une consommation d’anode allant jusqu’à 8 kg/(A ∙ année).